Dionysos, dieu du vin, de ses excès, de la folie et la démesure

De cette résidence de recherches pour SCELŪS [ Rendre beau ] haute en couleurs, il ne faudra pas dévoiler le nombre de fous rires et litres de vin descendus (TOUCHY), mais seulement dire la dinguerie de l’aventure, belle et puissante, comme des humains se sont trouvés – fratrie- et comme au plateau cela prend toute son ampleur. Dire les brutes sur les planches. Dire le texte qui se cherche encore de sa langue baroque si bizarre. Dire l’impatience de continuer le travail après ces 15 jours à tâtons. Ronger son frein. Et pour attendre la création d’octobre 2019, alors se faire une petite mise en bouche les 23 et 24 octobre 2018- là, demain presque, au Théâtre National de Bordeaux-Aquitaine à 18h30. Vous mettre sous les yeux 30 minutes de ce qu’on a ébauché. Et puis en causer. Nous sommes, comme toujours, avides de vos retours!

On t’attend, on serait super content de trinquer avec toi.

[ En plus, on doit fêter aussi la jolie nouvelle de la rentrée: Le Collectif Denisyak est désormais artiste associé du TnBA! Ouais ma gueule, comme un rêve mais en vrai! On se pâme de joie. Et on va avoir la chance de pouvoir vous proposer plein de R.D.V. chouettes cette année au théâtre… KEEP IN TOUCH, on t’en cause tout bientôt!]

Pour réserver les 23 ou 24, c’est gratuit et bien plein déjà, c’est par là:

http://www.tnba.org/evenements/mise-en-bouche-scelus-rendre-beau

 

Résidence de recherches / Sept 2018 / © Pierre Planchenault

La vie est un combo. Tomates, salade, oignons

La vie est un combo. Tomates salade oignons.

Et c’est bien un trio que l’on porte en fanion.

Après un passage éclair au Théâtre de La Loge en 2015 déboulonné par les attentats de Charlie Hebdo qui mit cœurs et théâtre en berne, et après un formidable festival d’Avignon à la Manufacture l’été dernier où les pacs à l’eau ont allègrement côtoyé les rosés piscine, parisien·ne, tu vas enfin pouvoir te laisser recouvrir de SANDRE!

http://www.maisondesmetallos.paris/2018/01/05/sandre

Et tout de suite je te le dis – TU NE POURRAS PAS DIRE QUE TU N’AS PAS éTé PRéVENU·E – je te le dis n’attends pas la dernière minute, ne crois pas que: voui voui oui ça joue 15 jours cool Raoul j’ai le temps. NON! Non parce que le temps va filer aussi vite que je flingue un pot de Nutella, et que TOUT LE MONDE va se retrouver dans les derniers jours à vouloir réserver ET Y’AURA PLUS DE PLACES ET VOUS ALLEZ CHIALEZ VOTRE RACE PARCE QUE CE SERA FOUTU.

Qui plus est, tu aimes le Collectif Denisyak, tu l’aimes oui, d’une façon ou d’une autre, sinon tu ne lirais pas cela, tu l’aimes et tu as envie qu’il s’épanouisse comme une putain de fleur au soleil. Et pour cela, on a besoin de TOI. On le sait, le succès d’une série parisienne se joue dans les premiers jours, que ce soit plein, que le bouche à oreille puisse fonctionner. Alors on se bouge les fesses maintenant. Et maintenant on réserve pour les 27, 28 et 29 mars. [On peut réserver pour après aussi, hein, ça joue jusqu’au 8 avril.] Et check bien tout ce que l’on fait là-bas, parce qu’on n’y est pas allé de main morte et on a organisé plein de RDV à base d’ateliers d’écriture, de rencontres, de master classe, de bouquet final avec plein d’amis, etc…

>>> Réservations: 01 47 00 25 20 ou reservation@maisondesmetallos.org

Alors tu réserves et tu dis à ton Erwan, à ta Solenn: je viens, on se boit des verres après? Parce que c’est l’autre moitié du job. Trinquer. Et même trinquer au jus de tomates si par exemple – à tout hasard- par exemple tu aurais décidé d’arrêter de boire de l’alcool -pour voir, voir comment cela fait, si tu as décidé cela on fera tout comme TOI et on secouera le Tabasco.

La vie est un combo. Tomates salade oignons.

Et c’est bien un trio que l’on porte en fanion.

Deuxio donc, on doit t’annoncer que la création de notre 4ème spectacle, Scelŭs [Rendre beau], aura lieu finalement en OCTOBRE 2019  au TnBA.  Repousser pour mieux sauter, et surtout parce que, tertio, on a la joie immense et folle et démoniaque et mirifique et aussi abrasive que soyeuse de reprendre, avant,  notre spectacle SStockholm en JANVIER 2019  avec la fantastique Faustine Tournan ! Voilà pour la salade et les oignons! Shampooing et après-shampooing. Tu devras patienter encore un peu pour découvrir notre nouveau projet, mais bordel et ça c’est bon, tu vas pouvoir te manger dans la gueule – que dis-je le bide- le beau coup de poing qu’est SStockholm, et que trop peu de gens avaient eu la chance de voir.

Bref, tu as pas fini de nous supporter. On est là pour au moins encore deux bonnes années!!! Héhéhé!

Parce que c’est Toi?

► ► ►- A U D I T I O N S – ◄ ◄ ◄

Le C o l l e c t i f D e n i s y a k cherche pour sa prochaine création, Scelŭs, une COMéDIENNE PROFESSIONNELLE qui, au plateau, ait l’air d’avoir une trentaine d’années.

Merci de nous envoyer CV et photos ( bande démo si vous avez), ainsi que quelques lignes où vous vous présenterez, avant le 2 octobre 2017 par mail à collectif.denisyak@gmail.com

Pré-requis : Être curieuse de notre travail ( SANDRE > https://vimeo.com/116792908// SStockholm >https://vimeo.com/89696958) et être IMPéRATIVEMENT disponible pour les résidences de création : du 26 février au 6 mars 2018 / du 30 avril au 25 mai 2018/ et création au TnBA Décembre 2018 ou Janvier 2019 ( durant 5 semaines).

NB : Les comédiennes pré-selectionnées seront convoquées à une audition le samedi 21 octobre au TNBA – Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine.

Merci beaucoup et à très vite pour cette folle aventure !!!
Solenn DENIS & Erwan DAOUPHARS

 

Tu la kiffes notre affiche?

Profite-en bien ici du visuel parce qu’on est tellement punk qu’on a décidé de ne pas faire d’affichage à Avignon, juste 2/3 banderoles ici ou là. Ouais mec, on compte sur ta bouche et leurs oreilles pour qu’il se passe un putain de truc dément comme de la lave en fusion!!!

SANDRE, tu l’as vu? Tu l’as manqué? Tu veux le revoir? Emmener des ami-es? Rendez-vous donc au Festival d’Avignon cet été! On a hâte, on a chaud d’avance -chaud de joie et de trac de soleil et d’excitation, on a chaud et on va s’en boire des verres ensemble et des pacs à l’eau!!!! COME ON BUDDIES!

PS: En plus, avec cet horaire parfait de 13h45, tu peux largement grasse mater. Donc faire la fête le soir. Mais avoir suffisamment dormi pour ne pas avoir la gueule de bois. Et te caler une petite sieste ensuite, aux heures les plus chaudes de la journée, avant de repartir tout fringuant pour l’apéro! Bien fait la vie, hein!?

BONUS TRACK: En plus de plus, y’a la clim’ dans la salle! Héhéhé, il n’est pas arrivé le spectateur qui sue à grosses gouttes. Ou alors ce sera des yeux!!!

———————————————————-

> Réservations dès à présent au 04 90 85 12 71 ou http://www.lamanufacture.org/billetterie-en-ligne

> Journée de l’émergence contemporaine le 12 juillet, où nous lirons en exclusivité des extraits de notre prochaine création, Scelŭs.  (Whoua trop bien la chance mais tu as fini de l’écrire Solenn? Ah bah non. Bah grouille. Bah oui je grouille mais bon le cerveau il en fait qu’à sa tête hein et ça sort pas comme ça y’a des jours oui puis y’a des jours non. Mais ça vient, ça vient!)

> Relâche les 12 et 19 Juillet.

—————–

Vos dévoués, trop heureux, et bientôt suants, Erwan DAOUPHARS & Solenn DENIS
[Tout à fait bien entourés par les Drôles de Dames et le TnBA  pour cette folle aventure avignonnaise, oh tellement merci!]

Déferlante de standing ovations!

On espérait ah oui espérait avoir fait un chouette spectacle. Un truc qui parlerait vraiment aux adolescents. Pas comme des adultes qui parleraient à des jeunes âmes avec un surplomb -ou je sais pas quoi d’un peu tordu qui dans le fond dirait: j’vais t’expliquer la vie. Nan, partir de notre état adolescent à nous, replonger dans cette matière vive excessive fulgurante et en faire du théâtre. On espérait avoir réussi, mais jusqu’à la première au Théâtre Le Préau-CDR de Vire, on ne savait pas…

T’as déjà vu ça toi des salles qui se lèvent d’un seul et même homme alors que le noir final se pose à peine? Et le lendemain encore. Et encore et encore. Avec des cris et tout. Des sifflements de joie. Des ados en transe quoi. Whouaaa on ne s’attendait à recevoir tant d’amour!

Avoue, ça a été plus que bouleversant. Genre tes jambes elles tremblaient, jouaient des castagnettes. Et tes yeux, de la chiale. Pure déferlante de bonheur offerte par ces jeunes spectateurs. Et sur le plateau, nos ados acteurs, qui jamais ont lâché – même quand il fallait jouer à 10h du matin. Qui jamais n’ont raté aucun rendez-vous avec le public. Toujours brûlants.

On avait dit: il faut jouer sous peine de mort. C’est une phrase de Vitez, j’crois – qui fait son petit effet. Mais qui, surtout, raconte l’endroit où nous avons essayé d’être. Au présent. Intenses. Vivants. Sans oublier jamais la chance que l’on a de pouvoir monter sur un plateau et faire notre art, sans censure. Comme il faut l’honorer cette chance que moult artistes de par le monde n’ont pas. Impossible d’être tiède, d’être par dessus la jambe. On l’a pas été. A aucun moment de la création ni des représentations. Et j’ose croire que les spectateurs, jeunes et avertis, l’auront ressenti…

Bien sûr il y a eu les pros, ceux qui te filent les chocottes parce que ce seront eux qui décideront si le spectacle existera encore. Les pros qui s’enflamment autant que les ados et irradient de plaisir à partager cette expérience théâtrale avec nous.  Ceux qui aiment le théâtre téméraire – parce que c’est un peu ça S P A S M E S, et plus largement le Collectif Denisyak. Et puis les autres. Ceux qui auront pensé que non non vraiment non on ne peut pas présenter autant de violence sexe drogue alcool à ces jeunes générations…

Ah oui? Mais mec, tu les as vu les ados, debout, à s’arracher les paumes des mains? Tu n’as pas pu ne pas sentir comment cela leur a parlé, les a remués que l’on s’adresse à eux à l’endroit précis où ils se trouvent de rage de colère de poésie et de questions. Et cela sans tomber dans le divertissement ni la provocation. Je ne crois pas non.

Alors on est heureux. Très. Too much comme des ados. Carrément galvanisés même. Petit nuage. Un immense merciiiiiiiiiii donc à toutes celles et ceux qui ont permis la réalisation de ce spectacle. La multitude d’artistes, techniciens, constructeurs, et ces gens qui ont œuvré dans l’ombre d’un bureau, nous ont accompagné pour nous porter si haut. Et follement, la tournée se poursuit dans le bocage normand jusqu’à la fin de la semaine prochaine encore avant la reprise en novembre prochain au Théâtre National de Bordeaux-Aquitaine. TO BE CONTINUED donc…

(Et déjà penser à notre 4ème création, déjà s’activer le cerveau pour qu’en 2017/18 Le Collectif Denisyak revienne en force. On a faim, boulimiques de planches, et on est trop insatiables pour être patients. Bah quoi? On s’refait pas.)

Crédit photos © Tristan Jeanne-Valès

S P A S M E S / J-14

D’un coup tu réalises que BAM. 14 jours et BAM: 600 paires de yeux qui dévoreront vos S P A S M E S. Et ça fait tout bizarre. Première fois que Le Collectif Denisyak s’attelle à honorer une commande. Qui plus est une commande de spectacle pour ados. Avec des ados au plateau même!

L’accouchement pas si facile du texte; trouver l’endroit qui parlerait à la jeunesse et aux rides aussi, qui aurait la fougue et l’irrévérence de quand t’as 17 ans et des boutons et plein d’émois dans toi, que tu peux broyer le monde autant qu’il te broie et que c’est beau putain c’est beau. Trouver ça. La rage, les jambes qui tanguent, la tête qui se noie parfois.

Et puis travailler avec des acteurs non-professionnels, pas même majeurs. Et qui en veulent et qui se donnent et qui se surpassent. Les guider sur le chemin. Essayer de ne pas faire à leur place. Accepter le temps que cela prend de laisser naître. Et être époustouflés aussi.

J-14. Se dire qu’on sera prêt. Être impatients même. Trépigner. Et tant à faire encore. La joie et la peur. Imagine les rires, les cris et les pleurs. Se dire qu’une fois encore la salle qui palpite, on la veut. Qu’on se couperait un bras pour ça.

Alors 14 jours encore à travailler d’arrache-pied, à coup de training, de coaching, de filages tandis que la scénographie, les costumes, la création lumière et sonore se font les dents et finissent de s’affûter. Et à chaque fois se dire mais quelle folie. Monter un spectacle, mais faut être dingue! L’arrêt cardiaque aux portes de ta peau de nouveau. Se dire: on y arrivera pas. Et espérer la magie. Un truc qui se passe et qui te dépasse. Et voilà. A chaque fois, voilà. BAM.

600 paires de yeux qui brillent. Tu croises les doigts…

 

S P A S M E S / Avec: Océane Arsène, Olivia Chatain, Erwan Daouphars, Mickaël Leroux, Valentin Marie, Aurélie Edeline / Texte: Solenn Denis / Mise en scène: Collectif Denisyak / Assistant mise en scène: Thibault Amorfini / Scénographie: Camille Duchemin / Costume, Malika Maçon & Nathalie Saulnier / Maquillage: Raphaëlle Daouphars / Regard chorégraphique: Aurélie Mouilhade / Création lumière: Yannick Anché / Création sonore: Alexandre Laillé / Régie son: Laurent Poussin / Construction décor: Les ateliers du Préau / Production: Le Préau Centre Dramatique de Normandie-Vire.

Du 26 au 30 Avril 2016 au Théâtre du Préau / Du 3 au 12 Mai en tournée dans le Bocage Normand / Du 22 au 26 novembre au Théâtre National de Bordeaux-Aquitaine.

Comme un rêve mais en vrai

Le genre de semaine qui te laisse à genoux, épuisé mais heureux/se. Le genre de semaine de taré où en 5 jours tu fais un ours de la pièce alors même que 3 des 5 comédiens sont des adolescents qui débutent leur vie de théâtre, truc de ouf. Truc qui rugit oui et avec des griffes.

Dans les volumes de ce que sera la scéno [merci wonderfull Camille Duchemin d’avoir rejoint l’équipe], vous avez traversé le texte d’un bout à l’autre, l’avez porté au plateau dans ce qui devait être un prémisse de mise en scène mais qui au final se révèlera bien plus que cela avec la certitude parfois d’avoir trouvé exactement ce qu’il fallait faire de ce texte, exactement l’endroit juste. Et tu le sais ça aux poils qui se dressent sur tes bras, aux larmes qui montent à tes yeux à être dans la salle et à voir se déployer ce monstre. Putain comme c’est bon! [Tu te souviens à ce moment là alors pourquoi tu fais ça, écrire du théâtre et non des romans, pour ces poils là de la vie qui se créé devant toi].

Putain de maïeutique démente qui ravage tout sur son passage, toutes les peurs, tous les doutes. Et c’est pas un baby-blues qui te choppe ensuite, mais carrément un déferlement d’endorphines qui te tend pire qu’un string jusqu’à ce 3 avril prochain où vous attaquerez la dernière session de résidence pour, dans la foulée, créer la pièce au festival ado. Oui, c’est presque bientôt déjà là. Et ça va être une putain d’expérience zarbie qui fait décoller la jeunesse de son siège entre larmes et joie, maintenant c’est certain et c’est juste whoooooua d’être là comme des fous un peu dingo à imaginer cela.

Mini-teaser vidéo de février by this way –>  S P A S M E S / 2ème résidence

Photos © Solenn Denis // Dessin © Camille Duchemin

On va SPASMER sur une plage sur un oreiller, on va SPASMER à se brûler la peau!

S P A S M E S /  Octobre 2015 / Le Préau -CDR de Vire

Première résidence de création. Celle où l’on se frotte au texte encore en cours d’écriture. Celle où on bafouille, celle où on (se) cherche, on improvise, celle où les choses se réécrivent quand le sens fait défaut, celle où les voix se chauffent, les corps sortent de leur zone de confort. Celle où on navigue de la table au plateau.

Embarquant 3 adolescents dans l’aventure de cette troisième création du Collectif Denisyak, nous n’avons pas pour autant navigué dans les eaux troubles des Kikou-Lol-Mdr-xoxo. Oh non! Notre jeunesse est incandescente. Elle questionne les deux acteurs professionnels, interpelle l’autrice. Elle S P A S M E, oui! Et c’est l’équipe entière qui convulse joyeusement.

Alors, épuisés mais heureux de cette semaine de répétitions et avec l’envie de continuer vite et fort, on se laisse mariner, infuser, bouillir jusqu’à la seconde étape de travail de février. D’ici là, le texte sera fini, poussera son cri. Y’aura plus qu’à s’en emparer fougueusement. Comme un baiser. 

***

Une minute pour les yeux par ici: S P A S M E S / Oct 2015 / Vidéo

*

© Solenn Denis, fabriqueuse de drames

L’équipe de SPASMES toute étoffée!

      Ouest-France le narre on ne peut le nier, nous avons fait les auditions pour trouver les trois adolescents qui rejoignent Olivia Chatain -comédienne permanente du Préau- et Erwan Daouphars sur la distribution de SPASMES. Et comme l’atteste la photo sur le canard (où nous avons de sacrés gueules de traviole), le jury de la Nouvelle Star à côté c’est de la gneugnotte. Être de l’autre côté de la barrière. Tout bizarre. Savoir que même si tu veux être sympathique tu es impressionnant en rang d’oignons derrière la grande table. Alors sourire sourire. Et tomber sur des pétards de petits bonhommes et bonnes femmes qui filent les poils et la chiale.

*

match-up 2

O+M+V © Solenn Denis

Au milieu des évidences, et avec nos cœurs de beurre tout fondus devant  l’engagement et les propositions de certain-es, il a fallu trancher pour ne garder que 10% des candidats, trois sur la trentaine venue nous faire vibrer. Et ce sont Océane Arsène, Mickaël Leroux et Valentin Marie qui sont les heureux élus. Âgés de 16 à 18 ans, ils sont venus non seulement armés de théâtre mais aussi de guitare, de danse et de poésie. (Tiens tiens, la prochaine création du Collectif Denisyak mêlera donc plusieurs médiums artistiques sur le plateau?) Ouais ils nous ont fait rêver grave. Et déjà les doigts te fourmillent, commencer à pondre cette pièce, comme on taille des costards, sur mesure pour cette belle bande d’artistes…

 

 « La modernité adore le vomi, la vomissure, le spasme. A notre époque, ce sont des choses qui manifestent encore un peu la spontanéité. On se vide sous le coup de l’émotion. C’est le rappel à l’humanité. » Franz Bartelt, Le jardin du bossu

***

Prochaine étape: Laboratoire de recherche au plateau avec la fine équipe du 19 au 24 octobre au Préau.

(Représentations du 26 au 30 Avril 2016 au Préau-CDR de Vire, puis en Mai dans le Bocage normand, et sans doute une tournée dans la région Bordelaise à l’automne 2016!)

Parce qu’on nous a dit: on peut vous trouver sur Internet? Et qu’on a répondu: heu… Alors il était temps d’avoir un ici. NB: Ce titre est vraiment bien trop gros, mais impossible de changer ça, t’avais qu’à apprendre le langage HTML, pour pouvoir faire un vrai site ou lieu d’un blog préfabriqué. Ou de l’intérêt d’être polyvalent dans la vie.

Mais cela dit, on est super heureux d’avoir enfin notre maison sur la toile. C’est cosy et tout. J’veux dire même Valérie Damidot elle trouverait rien à redire je pense. Non, on s’y sent bien. On espère que vous aussi, que vous trouverez tout ce que vous y cherchez. Puis sinon vous pouvez nous contacter, on adore répondre aux mails. C’est un peu une seconde passion. Y’en a c’est le tiercé ou la pêche à la grenouille, nous c’est hotmail. Même pas besoin que ce soit hot, hein. Un petit mail poli, ça ira très bien. xoxo

PS: Ne vous formalisez pas si on met des trucs cochons en mots clefs mais c’est pas vraiment qu’on est pervers, c’est juste pour que cela crée du trafic et qu’on soit vite référencé. Héhéhéhé. Signé: Minus et Cortex